Il y a plusieurs moyens de lutter contre le GAS, célébrissime Gear Acquisition Syndrome dont nous souffrons parfois, nous, les photographes. Et parmi les plus efficaces, il y a la « masteure-classeuh« , autrement dit : le stage. S’offrir un stage photo encadré par un photographe professionnel, c’est assurément s’ouvrir de nouvelles voies photographiques, d’avantage qu’avec un nouveau boitier. Ne comptons pas non plus sur les « likes » des réseaux sociaux pour nous aider à chercher trouver notre voie, bien au contraire : ils poussent à l’uniformisation et la standardisation. Les occasions de confronter nos photos à un regard extérieur professionnel sont rares. Celles de se livrer sur sa pratique, ses ressentis et ses difficultés aussi. William Guidarini a ce don pour écouter ses élèves et nous aider à trouver ce qui nous anime, ce qui nous touche, ce qui résonne en soi. « Aujourd’hui, tout le monde est photographe » aime t il rappeler, « apprenons à faire des photos personnelles, des photos justes ». Notre terrain de jeu du 2 février, c’était la procession de la vierge noire à l’abbaye St Victor (Marseille). Un lever avant l’aube, une plongée dans une tradition qui mêle religion et politique locale. Nous avions passée la soirée de la […]
Read More